中文 English default  
Page d'accueil Relations sino-africaines Entrée en Afrique Echanges et dialogues Échanges académiques
  Archives du Forum
  Sur le Forum
  1ère Conférence ministérielle
  2e Conférence ministérielle
  Sommet de Beijing et 3e Conférence ministérielle
  4e Conférence ministérielle
  5e Conférence ministérielle
  Sommet de Johannesburg et 6e Conférence ministérielle
  Expositions de photos des Conférences
  Connaissances sur la Chine
  Clin d'œil sur la Chine
  Développement de la Chine
  Panorama sur la Chine
  Liens des sites
Membres du Comité de suivi chinois du FCSA
Ambassades et Consulats de Chine en Afrique
Principales institutions de recherches en Chine
Principaux medias d'information en Chine
Quelques sites web africains
[plus>>] 
  Page d'accueil > Échanges académiques > Voix des chercheurs
FCSA: la coopération chinoise, une feuille de route volontaire au service de l'intérêt commun
2015/12/08

TUNIS, 7 décembre (Xinhua) -- Le discours prononcé par le président chinois Xi Jinping lors du sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) à Johannesburg se veut une feuille de route, marquée par le volontarisme et les défis à relever, axée autour de l'intérêt commun.

"Il s'agit d'un discours optimiste et visionnaire qui cherche à détecter des dénominateurs communs en matière de coopération sino-africaine et à rompre avec tous facteurs déstabilisants", estime dans un entretien à Xinhua Naceur Hani, un conseiller politique indépendant tunisien installé à Genève.

Pour Gasmi Jomai, analyste politique tunisien spécialisé dans les affaires du Moyen-Orient, la série de mesures annoncées vendredi dernier par M. Xi à Johannesburg va permettre "d'approfondir la confiance mutuelle entre la Chine et l'Afrique de nature à faire de la coopération chinoise une nouvelle alternative qui s'impose de plus en plus".

Cette "nouvelle alternative", dit-il à Xinhua, "vient, à vrai dire, modérer une certaine domination occidentale teintée d'esprit colonial qui se nourrit de la manipulation des richesses des pays africains".

D'après M. Jomai, le discours de Xi Jinping, et plus précisément sa proposition en cinq points, "prouve encore une fois l'envergure et la réussite du modèle chinois en matière de coopération extérieure au double plan continental et international". Cela fait de la Chine "l'un des principaux acteurs politiques et économiques sur l'échiquier mondial", ajoute-t-il.

Le président Xi a annoncé lors du FCSA que son pays aller lancer dix grands projets en vue de dynamiser la coopération avec l'Afrique ces trois prochaines années. Il a cité l'industrialisation, la modernisation de l'agriculture, les infrastructures, les services financiers, le développement vert, le commerce et la facilitation des investissements, la réduction de la pauvreté, la santé publique, les échanges entre les peuples et, enfin, la paix et la sécurité.

"L'annonce de ces grands projets, financés à hauteur de 60 milliards de dollars, constitue un moment historique pour les pays africains dans la mesure où ces pays auront une autre voie que le double monopole européen et américain", pense Gasmi Jomai.

Avec le discours du président Xi, l'analyste estime que la Chine a montré "un engagement politique fort à soutenir l'Afrique dans la réalisation du développement et de la prospérité", rappelant qu'elle était le plus important partenaire commercial de l'Afrique depuis 2009.

A la fin de l'année 2014, les échanges commerciaux ont frôlé les 222 milliards de dollars, soit quatre fois plus qu'en 2006, tandis que les investissements cumulés chinois en Afrique ont atteint 101 milliards de dollars, bénéficiant à plus de 3.100 entreprises africaines

Suggest to a friend
  Print