中文 English default  
Page d'accueil Relations sino-africaines Entrée en Afrique Echanges et dialogues Échanges académiques
  Archives du Forum
  Sur le Forum
  1ère Conférence ministérielle
  2e Conférence ministérielle
  Sommet de Beijing et 3e Conférence ministérielle
  4e Conférence ministérielle
  5e Conférence ministérielle
  Sommet de Johannesburg et 6e Conférence ministérielle
  Expositions de photos des Conférences
  Connaissances sur la Chine
  Clin d'œil sur la Chine
  Développement de la Chine
  Panorama sur la Chine
  Liens des sites
Membres du Comité de suivi chinois du FCSA
Ambassades et Consulats de Chine en Afrique
Principales institutions de recherches en Chine
Principaux medias d'information en Chine
Quelques sites web africains
[plus>>] 
  Page d'accueil > Relations sino-africaines > Coopérations économiques et commerciales
Barrage hydroélectrique de Bini à Warack: le gros œuvre lancé
2017/11/13

Le ministre de l'Eau et de l'Energie, Basile Atangana Kouna a apprécié le niveau d'avancement des travaux hier sur site.

Impressions de chantier. Le rythme et le niveau d'exécution des travaux sur le site de construction du barrage hydroélectrique de Bini à Warak sont satisfaisants. Mais, le maître d'ouvrage n'est pas complètement apaisé. Tel est le résumé de la visite effectuée hier par le ministre de l'Eau et de l'Energie (MINEE), Basile Atangana Kouna, sur le chantier. Les fonds de contrepartie qui doivent être réglés par le Cameroun ne sont pas encore libérés. Le contrat du marché avec Sinohydro n'est pas encore signé. Ce sont ces deux contraintes qui justifient l'impression nuancée du MINEE. Malgré tout, l'entreprise chinoise sélectionnée pour conduire ce projet, met déjà les bouchées doubles sur le terrain. Sur fonds propres, elle a fini de construire sa base vie et ouvert les voies d'accès. Conséquence : le visage de Warak, petit village de l'arrondissement de Ngan'ha, qui abrite le barrage situé à 66 km de Ngaoundéré, dans le département de la Vina, région de l'Adamaoua, subit une grosse métamorphose.

La visite du chantier était conduite par Liu Geng Xin, un responsable de Sinohydro. L'entreprise qui a construit le barrage hydroélectrique de Mem'vele dans la région du Sud, s'attaque déjà au gros œuvre à Warak. Les travaux d'excavation de la digue gauche et du barrage réservoir ont définitivement décollé. De gros engins s'activent sur le site. Ici, ce sont les pelleteuses qui creusent le sol. Là-bas, des camions chargés de latérite font des va-et-vient. Plus loin, un tunnel en béton armé nargue de sa superbe la savane boisée de Warak. Cette photographie confirme bel et bien que le projet d'aménagement hydroélectrique de Bini Warak, est sur de bons rails. Le directeur du projet, Guibai Ndouvama assure que le projet atteindra bientôt sa phase de croisière.

En quittant les lieux, Basile Atangana Kouna qu'accompagnait Etienne Ludovic Ngbwa, secrétaire général de la région, représentant du gouverneur de l'Adamaoua, est reparti avec une idée claire et précise sur le niveau d'avancement de ce projet qui tient également à cœur les populations locales. Par la voix du sénateur Baba Hamadou, elles ont exprimé leurs préoccupations et leurs interrogations par rapport aux indemnisations. Une vingtaine de villages seront impactés par ce projet. Le MINEE a rassuré les riverains du barrage de ce que le gouvernement veille sur leurs intérêts. Les travaux préliminaires de recensement des biens sont presque bouclés. Les études d'impact environnemental et social sont en cours de validation.

Bini à Warak va produire 75 MW à injecter dans le réseau interconnecté Nord qui couvre les trois régions septentrionales du pays. Il est également prévu la construction d'une ligne d'évacuation d'énergie électrique de niveau de tension de 225 KV et l'électrification rurale. Les travaux de construction de ce barrage sont prévus pour durer 48 mois.

Suggest to a friend
  Print