Conférence de presse sur les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique à la Foire de Guangzhou

Source:En direct vers l'Afrique 2020-10-22

  (Photo) Vue à vol d'oiseau des salles d'exposition de la Foire de Guangzhou

  Les experts sont optimistes quant aux perspectives des échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique.

  La coopération Chine-Afrique sur l'économie numérique a devant elle une opportunité de développement rapide.

  La 128e Foire de Guangzhou se déroule actuellement. En tant que plate-forme importante pour les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique, elle montre la nouvelle tendance des échanges économiques et commerciaux Chine-Afrique dans l'après-COVID-19. Quelles sont les nouvelles opportunités commerciales auxquelles les entreprises du Guangdong devraient-elles prêter attention? Quels sont les points de blocage qui nécessitent des solutions? Le 19 octobre, lors de la conférence de presse sur les échanges commerciaux Chine-Afrique à la Foire de Guangzhou tenue par le Bureau d'information du gouvernement municipal de Guangzhou, des chercheurs sur les relations sino-africaines, des représentants des chambres de commerce et des chefs d'entreprise se sont réunis pour discuter de la situation actuelle, de la tendance et des perspectives de développement des échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique.

  Une structure économique complémentaire et de larges perspectives de coopération

  Les impacts négatifs de la COVID-19 sur les échanges commerciaux sino-africains commencent à régresser. Selon les données du Ministère chinois du Commerce, de janvier à juin de cette année, le volume des échanges commerciaux sino-africains était de 82,4 milliards de dollars américains, soit une baisse de 19,1% par rapport à la même période de l'année dernière. L'évolution de la situation montre que le volume a repris la courbe montante. Au mois de juin, les exportations chinoises vers l’Afrique, les importations en provenance d’Afrique et le volume des échanges commerciaux bilatéraux ont augmenté respectivement de 3,2%, 16,2% et 8,6%.

  Selon M. Liu Jisen, Doyen exécutif de l'Institut de recherche africaine de l'Université des Etudes étrangères du Guangdong, le commerce entre la Chine et l'Afrique a une énorme marge de développement grâce à la complémentarité des structures de leurs économies et à la révolution technologique telle que l'économie numérique. La Chine est le pays possédant les secteurs industriels les plus complets au monde, et l'Afrique a encore un long chemin à parcourir pour réaliser l'industrialisation. Ce gradient de structure industrielle donne une impulsion endogène au développement du commerce sino-africain. Les réformes structurelles du côté de l'offre en Chine et un développement de haute qualité peuvent aider à augmenter la capacité de l'Afrique dans l'industrialisation. La Chine peut fournir aux pays africains des produits industriels de haute qualité et aux prix relativement bas, et l'Afrique peut exporter vers la Chine des produits agricoles de haute qualité et de transformation plus poussée.

  Le commerce d'importation et d'exportation de la province du Guangdong avec l'Afrique représente environ un quart du commerce total de la Chine avec l'Afrique. En plus de dix ans, le volume des échanges commerciaux entre le Guangdong et les pays africains a augmenté de 15 fois, avec un taux de croissance en moyenne de près de 30% par an. Quant aux catégories de produits importés et exportés, dans les exportations du Guangdong vers l’Afrique, les produits mécaniques et électriques représentent 70% des importations totales de l’Afrique, et les exportations agricoles représentent également une proportion importante; les importations du Guangdong en provenance du continent africain sont principalement des matières premières, surtout des produits primaires. Liu Jisen estime que le Guangdong devrait bien saisir l'opportunité pour consolider sa position dans le commerce sino-africain.

  De plus en plus de PME commencent à se déployer en Afrique.

  Où sont les opportunités? Huo Jiangtao, Vice-Président et Secrétaire général de la Chambre de commerce de l'Afrique au Guangdong, a parlé du rapport d'enquête réalisé par la Chambre. Le rapport montre que dans les circonstances actuelles, il existe toujours un grand potentiel de développement pour une coopération mutuellement avantageuse dans des domaines tels que le commerce sino-africain, la construction d'infrastructures, le soutien financier et l'ouverture du marché.

  A l'heure actuelle, les pays africains ont encore besoin de matériels nécessaires à la lutte contre l'épidémie. Et puis, en raison de l'impact de l'épidémie, la plupart des pays encouragent la fabrication locale, et la demande en équipements de transformation nécessaires aux petites industries manufacturières est nettement plus élevée que par le passé, et les machines agricoles ou de transformation des aliments sont très demandées.

  "Certains acheteurs ont une vision du développement et portent une attention particulière à la nouvelle technologie adaptée au développement économique de leurs pays. Ils pensent que les solutions chinoises peuvent apporter une innovation technologique ou des projets de coopération." D'après Huo Jiangtao, on voit en Afrique non seulement de grandes entreprises ou entreprises publiques chinoises, mais également de plus en plus de petites et moyennes entreprises qui y investissent dans de nombreux domaines. Outre le commerce, il y a de nombreuses opportunités d'affaires dans les secteurs des mines, de la fabrication, de la consommation et de la transformation sur le continent africain. Dans la période de l'épidémie en Afrique, les mégadonnées, le "cloud computing", l'intelligence artificielle et d'autres technologies jouent également un rôle important dans le suivi de la situation épidémique, la détection, l'analyse et la traçabilité des virus, la prévention et le contrôle de la maladie, le traitement des patients et la répartition des ressources médicales. Au cours de l'épidémie, la coopération de l'économie numérique Chine-Afrique a trouvé une opportunité de développement rapide. Diverses plates-formes de coopération numérique, conférences de promotion en ligne, retransmissions en direct et autres nouveaux modèles de coopération étaient fort dynamiques, renforçant par-là la liaison entre les entreprises chinoises et africaines.

  Echanges d'expérience

  Commerce de batteries: connaître les changements sur le marché et ajuster les stratégies de promotion des ventes

  Le journaliste a appris, lors de la conférence de presse, que les exportations de piles alcalines haute performance de la Société de batterie Hutou du Groupe de l'industrie légère de Guangzhou a augmenté de 7,68% de janvier à septembre cette année, et ses produits sont entrés avec succès dans les marchés du Soudan du Sud et du Libéria. Comment la société a-t-elle pu réussir?

  Selon le Directeur général adjoint de la société Zhou Songyi, pendant cette période spéciale de l’épidémie dans le monde, la société de batterie Hutou a innové les stratégies de marketing, appliqué le principe d' "une politique pour un pays" et mis en œuvre activement de nouveaux plans d’action pour affronter la crise. Elle a pris de diverses mesures pour stabiliser les ventes et promouvoir le développement telles que "la cession d'une part des profits pour assurer la part du marché, l'expansion des activités pour maintenir le rendement, un marketing différencié pour promouvoir la croissance de ventes et le marketing numérique pour élargir le marché". Dans le même temps, en utilisant les modèles comme "communication par le cloud, visites par le cloud, développement par le cloud", elle a intensifié la formation des concessionnaires et des vendeurs en Afrique pour leur apprendre à utiliser les outils vidéo avancés. Grâce à la conception des modèles d'études de marché ciblés, elle suivi de près l'évolution du marché et, en vue de développer le marché africain, modifié les méthodes de promotion des ventes pour qu'elles soient conformes aux caractéristiques du marché local.

  Aujourd'hui, les produits des marques Hutou et 555 sont passés de la série familière de piles sèches aux produits à source de lumière électrique, y compris les batteries de voiture, les batteries solaires, les lampes LED, etc., pour répondre aux nouveaux besoins du processus d'industrialisation de l'Afrique.

  Investissement dans la production d'électricité: les perspectives du commerce sino-africain restent prometteuses

  Dans le nouvel échiquier de développement avec le cycle domestique comme pilier principal et la promotion de l'interaction entre les cycles domestique et international, quels sont les points clés auxquels les entreprises chinoises devraient-elles prêter attention lors de leurs investissements en Afrique? Le PDG du Guangdong Shineng Power Equipment Group M. Hou Jianxiong a donné son point de vue: La COVID-19 a apporté beaucoup de changements, mais ce qui ne change pas, ce sont les perspectives prometteuses du commerce sino-africain.

  "Dans la situation actuelle, le secteur clé de l'investissement de Guangdong Shineng Power Equipment Group en Afrique s'étendra de la production d'électricité à l'investissement dans la production d'électricité et le développement des ressources liées au bien-être des populations locales." C'est à dire tout en développant la production d'électricité, il faut veiller à l'exploitation des ressources agricole et halieutiques, et intégrer effectivement les projets de "la Ceinture et la Route" dans le nouvel échiquier de développement marqué par le cycle domestique comme pilier principal et la promotion de l'interaction entre les cycles domestique et international. Aujourd'hui, de nombreux projets sont en cours de préparation intensive. Avec l'amélioration graduelle de la situation de prévention et de contrôle de l'épidémie, ces projets seront mis en œuvre progressivement.

  Les logistiques: Utiliser les services communs pour surmonter les difficultés des entreprises en matière de logistique

  En tant que Président de l'Alliance Chine-Afrique pour la logistique, M. Wang Xubin, PDG de l'African Union Holding (Guangzhou) Co., Ltd., estime qu'il existe actuellement de nombreux problèmes dans le domaine de la logistique entre la Chine et l'Afrique: il n'y a pas de grandes entreprises de logistique, l'homogénéité est grave, et il manque de services complets de chaîne d'approvisionnement, avec l'absence essentielle du service du dernier kilomètre.

  "En un mot, le service de bout en bout est devenu une nouvelle tendance dans la logistique sino-africaine à l'avenir." Wang Xubin a dit: "Comment peut-on réaliser un service de bout en bout? Il est quasiment impossible de le réaliser par une société toute seule. Avec la vision de l'économie du partage, la capacité du service commun va bien résoudre ce problème."

  A cette fin, la Chambre de commerce de l'Afrique au Guangdong a également créé sa propre plate-forme de services logistiques pour l'Afrique, l'Alliance Chine-Afrique pour la logistique. Cette alliance est une organisation à but non lucratif. En fournissant les 7 services dont "la création de postes pour les 70 agents d'armateurs africains dans 12 ports à travers le pays" et "la désignation de 4 agents d'inspection professionnelle pour réaliser l'inspection, avant le chargement, des produits à exporter vers l'Afrique et la production de certificats de dédouanement", elle œuvre à aider les entreprises chinoises et africaines à baisser les coûts et à améliorer l'efficacité du processus logistique. Depuis sa création en avril 2019, elle a déjà aidé plus de 1000 entreprises.

  Source: Quotidien de Guangzhou

Appendix:

Copyright © 2004 Secrétariat du Comité de suivi chinois du Forum sur la Coopération sino-africaine
Adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie, Arrondissement Chao Yang, Beijing Code postal: 100701 Téléphone:86-10-65962810,86-10-65962827