Li Keqiang participe à la cérémonie d'ouverture du Forum sur le développement des énergies à faible émission de carbone de Taiyuan 2021 et y prononce un discours

Source:MFA 2021-09-07

  Le 3 septembre 2021, le Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Li Keqiang a participé par liaison vidéo à la cérémonie d’ouverture du Forum sur le développement des énergies à faible émission de carbone de Taiyuan 2021, y a prononcé un discours et a annoncé l’ouverture du forum.

  Li Keqiang a déclaré que le gouvernement chinois attachait une grande importance au développement de qualité des énergies et à la réponse au changement climatique. Le Président Xi Jinping a annoncé que la Chine s’efforcerait d’atteindre le pic de ses émissions de CO2 avant 2030 et la neutralité carbone à l’horizon 2060. Ces dernières années, la Chine a lancé une lutte décisive contre la pollution, s’est concentrée sur l’ajustement et l’optimisation des structures énergétique et industrielle, et a déployé de grands efforts dans l’économie d’énergie et la réduction des émissions, ce qui a permis d’améliorer constamment la qualité de l’environnement écologique. Il y a peu, le plus grand marché d’échange de quotas d’émissions de CO2 du monde a été officiellement mis en place en Chine.

  Li Keqiang a souligné qu’actuellement, la pandémie de COVID-19 continuait de sévir dans le monde, l’itération et les mutations du virus avaient augmenté l’instabilité et l’incertitude de l’économie mondiale, et le développement vert et durable du monde était confronté à de graves défis. Tous les pays doivent intensifier la coopération pour surmonter les difficultés, s’efforcer d’atteindre le progrès parallèle et la promotion mutuelle du développement et de la transition verte et favoriser la transformation et la montée en gamme. Li Keqiang a avancé une proposition en trois points à cet égard.

  Premièrement, faire preuve d’un esprit scientifique et adopter une attitude pragmatique pour promouvoir raisonnablement l’utilisation de l’énergie propre et la transition vers le bas carbone. Tous les pays doivent respecter et valoriser la science et chercher à favoriser, de manière stable et ordonnée, la conversion des modes de consommation et de production des énergies. Il faut contrôler le volume global et accorder la priorité à l’économie d’énergie, ajuster la structure pour augmenter la proportion des énergies non fossiles dans la consommation des énergies primaires, attacher de l’importance à l’innovation et renforcer la coopération dans les recherches scientifiques, le transfert des technologies et l’application des acquis en matière d’énergie propre, renouveler les idées, préconiser un nouveau mode de vie et de production vert et bas carbone, et créer une société verte et sobre en carbone avec la contribution de tous.

  Deuxièmement, continuer de faire progresser la gouvernance mondiale du climat en fonction des responsabilités historiques et des conditions nationales respectives des différents pays. Les pays développés et les pays en développement ont des responsabilités historiques différentes face au changement climatique, et ils ont des différences en matière de demande de développement et de capacités. Il faut respecter le multilatéralisme, observer le principe des responsabilités communes mais différenciées, accorder une grande importance aux préoccupations et demandes des pays en développement, et intensifier le soutien en termes de technologies, de capitaux et de capacités pour les aider à réaliser la transition verte et bas carbone dans le développement.

  Troisièmement, renforcer la coordination en matière de politiques, mener des réformes structurelles, et œuvrer ensemble pour parvenir à une reprise équilibrée, verte et durable de l’économie mondiale. La reprise post-COVID-19 dans tous les pays ne devra en aucun cas revenir sur l’ancienne voie de développement marquée par les fortes pollutions et émissions. Il faut bien gérer les relations entre le développement économique, la protection de l’environnement écologique et la force des politiques macroéconomiques, renforcer la coordination des politiques macroéconomiques, promouvoir la réforme structurelle, cultiver et développer de nouveaux moteurs de développement, et favoriser une reprise équilibrée, verte et durable de l’économie mondiale à un prix moins élevé.

  Li Keqiang a indiqué qu’en tant que plus grand pays en développement du monde, la Chine réaliserait la modernisation socialiste au milieu de ce siècle et réaliserait un développement vert et bas carbone tout en assurant une vie heureuse au peuple chinois, ce qui était sans précédent dans l’histoire humaine et nécessitait des efforts ardus. Nous poursuivrons la nouvelle stratégie de sécurité énergétique, ferons avancer la révolution énergétique en matière de consommation, d’approvisionnement, de technologies et de système, renforcerons tous azimuts la coopération internationale et promouvrons effectivement la transition énergétique. Tout en menant à bien l’ajustement inter-cycle des politiques macroéconomiques, nous devons encourager de manière accélérée l’optimisation et la mise à niveau de la structure industrielle, contrôler rigoureusement l’envergure des capacités de production des industries hautement énergivores et polluantes d’une part, et développer vigoureusement l’industrie favorisant l’économie d’énergie et la protection de l’environnement d’autre part, afin d’injecter un nouvel élan à la reprise économique mondiale.

  Ayant pour thème « Énergie, climat, environnement », le forum a vu la participation par liaison vidéo des hommes politiques étrangers tels que la Présidente éthiopienne Sahle-Work Zewde, le Gouverneur général de Papouasie-Nouvelle-Guinée Bob Dadae, le Premier Ministre cambodgien Hun Sen, le Premier Ministre luxembourgeois Xavier Bettel et le Premier Ministre sri-lankais Mahinda Rajapaksa.

Appendix:

Copyright © 2004 Secrétariat du Comité de suivi chinois du Forum sur la Coopération sino-africaine
Adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie, Arrondissement Chao Yang, Beijing Code postal: 100701 Téléphone:86-10-65962810,86-10-65962827