La coopération sino-africaine continue de prospérer alors que le FCSA fête ses 20 ans (PAPIER GENERAL)

Source:Xinhua 2020-10-15

  L'année 2020 a été assez inhabituelle pour Hussein Mohammed, un jeune Ethiopien qui a vécu la pandémie de COVID-19 à la fois à Wuhan, en Chine, et à Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie, le pays le plus peuplé d'Afrique de l'Est.

  Face à l'adversité, M. Mohammed a vu par lui-même comment le partenariat sino-africain l'a emporté sur la maladie.

  "J'ai constaté que le gouvernement chinois a fait un travail merveilleux pour préserver les vies de ses citoyens et des étudiants internationaux en déclarant l'état d'urgence, en interdisant les grands rassemblements et en ordonnant le port du masque et le confinement", a expliqué M. Mohammed en se remémorant son séjour à Wuhan.

  Après avoir obtenu son master en ingénierie biologique à l'Université des sciences et technologies Huazhong de Wuhan, le jeune homme de 25 ans est retourné en Ethiopie en juin et a travaillé en tant qu'ingénieur en recherche et développement au BGI, une usine de kits de dépistage du COVID-19 construite par la Chine.

  "En tant qu'Ethiopien, je suis fier de travailler dans une entreprise connectée à l'international comme BGI", a-t-il affirmé. "J'apporte ma contribution à la communauté".

  M. Mohammed est seulement l'un des millions de bénéficiaires qui jouissent de la coopération dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA).

  Alors que le forum fête cette année son 20e anniversaire, ses résultats sont visibles dans toute l'Afrique.

  DONNER DE L'ELAN A L'INDUSTRIALISATION AFRICAINE

  Du Nigeria en Afrique de l'Ouest à l'Ethiopie en Afrique de l'Est, la Chine a respectivement construit plus de 6.000 km de voies ferrées et de routes ainsi que près de 20 ports et plus de 80 centrales électriques. Ces installations ont promu l'industrialisation de l'Afrique et renforcé les capacités de développement du continent.

  "En regardant ce que l'Afrique est devenue ces 20 dernières années avec le FCSA, nous pouvons affirmer que cela a radicalement changé la donne. L'ensemble des infrastructures africaines ont été modifiées du tout au tout", a souligné Charles Onanaiju, directeur du Centre nigérian d'études chinoises.

  L'usine BGI, située dans le parc industriel de Bole Lemi en banlieue d'Addis-Abeba, ne fera pas que renforcer les capacités du pays contre le COVID-19, elle améliorera également sa position en tant que centre industriel de l'Afrique.

  "Une fois que l'usine aura atteint sa capacité maximale de production de dix millions de kits par an, elle ne servira pas uniquement à l'Ethiopie mais pourra servir à d'autres pays de la région d'Afrique de l'Est et même à tout le continent africain", a assuré la ministre éthiopienne de la Santé, Lia Tadesse.

  Lors du Sommet de Beijing du FCSA en 2018, la Chine a annoncé que l'industrialisation serait l'une des huit initiatives qui aideront l'Afrique à accélérer sa transformation économique.

  Les entreprises privées en Chine partagent aussi l'engagement du pays à aider le continent à s'industrialiser via le cadre du FCSA.

  On peut notamment citer ENGO, qui a commencé à assembler des téléphones portables et des smartphones avant de planifier la production de thermomètres en raison de la pandémie.

  L'entreprise a exporté son premier lot de téléphones au Maroc en mai, ce pays nord-africain commandant 16.000 téléphones toutes les deux ou trois semaines.

  David Beecham Okwere, secrétaire du directeur général de la société d'électronique, a indiqué à Xinhua qu'en dehors du marché domestique, ENGO avait également commencé à exporter vers des marchés régionaux à travers des concessions.

  Plus tôt ce mois-ci, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a inauguré un parc industriel construit par la Chine pour 60 millions de dollars.

  M. Ahmed a déclaré que le parc industriel de Bahir Dar, situé à 552km au nord d'Addis-Abeba, facilitera le transfert de connaissances du pays, renforcera ses capacités scientifiques et créera des emplois.

  "A ce jour, l'Ethiopie a commandé 13 parcs industriels qui ont été essentiels dans les efforts du pays pour obtenir la prospérité et dynamiser le développement économique", a-t-il poursuivi.

  En outre, la Chine a fait office de force directrice non négligeable dans la croissance économique soutenue de l'Afrique. Elle est le plus grand partenaire commercial de l'Afrique depuis onze ans et le commerce bilatéral a dépassé les 200 milliards de dollars en 2019.

  Le stock d'investissements directs de la Chine en Afrique a atteint 110 milliards de dollars et plus de 3.700 entreprises chinoises ont investi sur le continent et y ont lancé des affaires.

  RENFORCEMENT DES CAPACITES

  Grâce à la technique chinoise du juncao, Emmanuel Ahimana, père de quatre enfants au Rwanda, a réussi à survivre à la crise économique provoquée par la pandémie de nouveau coronavirus.

  "Beaucoup de gens au Rwanda ne savent pas que la culture des champignons est une activité rentable qui peut aider à lutter contre la pauvreté", confie celui qui a lancé son entreprise de culture de champignons en 2016. Juncao, fusion des mots chinois "champignon" et "herbe", fait référence à une technique utilisant une plante herbacée pour faire pousser des champignons.

  Cet ancien technicien d'une sucrerie a appris la technique du juncao auprès d'experts de l'Université chinoise d'agriculture et de sylviculture du Fujian.

  "Je nourris ma famille, paie les frais de scolarité de mes enfants (...) Les revenus que je tire de cette affaire m'aident à développer mon entreprise", se félicite-t-il.

  M. Ahimana n'est pas le seul à bénéficier de la technologie chinoise et à entamer une nouvelle vie.

  Elizabeth Wanjala, une jeune Kenyane, fait partie du groupe pionnier de conductrices de train sur la ligne Mombasa-Nairobi, connue sous le nom de SGR, après avoir obtenu son diplôme universitaire.

  "J'ai rejoint l'entreprise début 2017 et je suis allée en Chine pour une formation de trois mois qui portait principalement sur les locomotives SGR. Quand je suis retournée au pays, nous avons continué avec une formation sur le tas", se souvient-elle.

  Li Jiuping, directeur général de l'opérateur SGR Afristar, pense qu'en tant que partie de l'ICR (Initiative la Ceinture et la Route), la ligne SGR constitue une "route de l'amitié" et une "route de la prospérité et du développement" dans le cadre d'une coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et le Kenya.

  La formation professionnelle est essentielle à la croissance économique en Afrique, assure Yang Guanchen, responsable du développement des projets professionnels chez AVIC International Holding, un important constructeur d'infrastructures au Kenya.

  La Chine a partagé avec les pays africains son expérience lorsqu'il s'est agi de "sortir son peuple de la pauvreté, développer sa maîtrise industrielle, utiliser ses ressources de manière très efficace et développer ses technologies", ce que l'Occident n'a jamais fait pour l'Afrique, souligne Costantinos Bt. Costantinos, professeur de politique publique à l'Université d'Addis-Abeba en Ethiopie.

  UN AMI DANS LE BESOIN

  Alors que sévit toujours la pandémie de COVID-19 qui a fait plus de 38.000 morts en Afrique, la Chine a régulièrement prêté main-forte au continent.

  La Chine a envoyé des fournitures indispensables à plus de 50 pays africains, dépêché des experts médicaux dans plus de dix pays et partagé son expérience anti-épidémique avec des professionnels de santé à travers le continent au moyen de vidéoconférences.

  La Chine et l'Afrique sont prêtes à maintenir un esprit de solidarité et de coopération, à gérer conjointement divers risques et défis et à faire de leur coopération un exemple de multilatéralisme et de bénéfices mutuels, ont déclaré lundi le président chinois Xi Jinping et le président sénégalais Macky Sall dans un communiqué conjoint de félicitations pour marquer le 20e anniversaire du FCSA.

  Chen Tao, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital de Tongji, dans la province chinoise du Hubei (centre), a mis le pied sur le continent africain en septembre avec neuf collègues pour contribuer à la lutte contre le COVID-19 au Lesotho et en Angola.

  "Lorsque nos frères africains sont dans le besoin, nous venons les aider", a-t-il souligné.

  L'assouplissement des réglementations sur la distanciation sociale et les habitudes laxistes de port du masque, ainsi que des capacités inadéquates de dépistage, de traçage et de traitement, présentent de grands risques pour les pays africains, a averti M. Chen, qui a comparé ses notes sur le traitement du COVID-19 avec celles de plus de 200 membres du personnel médical angolais.

  Selon un communiqué récemment publié par l'UA, la Chine a assuré la fourniture à l'Afrique de 30 millions de kits de dépistage, 10.000 respirateurs et 80 millions de masques chaque mois, ce qui représente une contribution significative à la réponse de l'Afrique à la pandémie.

  Le projet de la Chine consistant à commencer la construction du siège du CDC Afrique cette année avant la date prévue est "une fois de plus un témoignage de l'engagement renouvelé des dirigeants africains et chinois pour un partenariat et une amitié solides entre l'Afrique et la Chine dans le domaine de la santé publique", a déclaré Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA, au cours d'une réunion virtuelle.

  Les entreprises et organisations civiles chinoises ont également participé activement à la lutte du continent contre le virus. La Fondation Jack Ma et la Fondation Alibaba ont fait don à l'Afrique de trois lots de fournitures médicales essentielles, dont 10,6 millions de masques et 800 respirateurs.

  Solomon Ayele, infirmier dans un hôpital éthiopien, a affirmé que les fournitures médicales et les directives pour le diagnostic, le traitement et le contrôle de la maladie contribueraient grandement à la bataille de l'Afrique contre le COVID-19.

  "Le FCSA consolide les relations. Les relations entre la Chine et l'Afrique se renforcent dans différents domaines", a salué le professeur Mamadou Fall, directeur général de l'Institut Confucius de l'Université Cheikh Anta Diop au Sénégal, ajoutant que la gestion de la pandémie constitue un témoignage clair de cette coopération renforcée.

  Pour sa part, le président de l'Association de coopération Afrique-Chine pour le développement au Maroc, Nasser Bouchiba, a estimé que "la mise en œuvre des différents programmes du FCSA permettra aux pays africaines de relancer les divers chantiers stratégiques qui contribueront à la renaissance de notre continent".

Appendix:

Copyright © 2004 Secrétariat du Comité de suivi chinois du Forum sur la Coopération sino-africaine
Adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie, Arrondissement Chao Yang, Beijing Code postal: 100701 Téléphone:86-10-65962810,86-10-65962827