Les vaccins chinois contre le COVID-19 contribueraient au renforcement des liens sino-africains, selon un universitaire kényan

Source:Xinhua 2021-01-06

  Les vaccins chinoise contre le COVID-19 contribueraient au renforcement des liens entre la Chine et l'Afrique, a déclaré mardi un universitaire kényan qui s'est exprimé mardi,

  Cavince Adhere, un expert en relations internationales, notamment pour les relations sino-africaines, a expliqué dans un commentaire publié dans le journal kényan Star qu'il existait des candidats vaccins chinois prometteurs qui répondaient à de nombreuses aspirations de l'Afrique en termes de coûts, de technologie, de stockage et de capacités logistiques.

  "La Chine délocalise également une partie de la fabrication de vaccins vers l'Afrique, ce qui pourrait en accélérer la distribution dans la région tout en stimulant la création d'emplois grâce à la coopération industrielle. Ce sont ce genre d'accords de coopération tangibles et pragmatiques qui renforcent les liens sino-africains", a écrit M. Adhere.

  Il a observé que si les programmes de vaccination contre le COVID-19 prennent de l'ampleur en Europe et en Amérique du Nord, les craintes grandissent qu'en Afrique, près de 90% de la population puisse passer à côté de ce vaccin essentiel.

  Selon M. Adhere, les experts et responsables de la santé de tout le continent craignent désormais que l'Afrique ne soit confrontée à une longue attente de la reprise économique soutenue par la vaccination après la crise sanitaire mondiale.

  Il a également souligné qu'un certain nombre de facteurs ont alimenté ce qui se révèle de plus en plus être une hypocrisie des pays occidentaux concernant la solidarité mondiale contre la pandémie.

  M. Adhere a ainsi noté que les vaccins qui étaient déjà sur le marché nécessitaient des installations de stockage frigorifique qui sont difficiles à trouver en Afrique, ce qui témoignait d'un parti pris scientifique contre une partie de la population mondiale.

  Des options de vaccins universellement viables auraient pu éclairer la recherche et la production de ces produits essentiels, a-t-il ajouté.

  Il a encore révélé que les économies développées avaient déjà acheté plus de 9 milliards des 12 milliards de doses qui devraient être produites cette année.

  "Cela signifie que les chaînes de production fonctionneront 24 heures sur 24 pour répondre aux demandes des pays riches, ce qui semble maintenant être un autre exemple de thésaurisation des produits de base", a déclaré l'expert.

  Selon M. Adhere, puisque l'Afrique n'a pas participé aux essais pour presque tous les vaccins candidats produits en Occident, des experts prévoient maintenant qu'il pourrait être nécessaire d'adapter les vaccins pour faire les choses correctement en Afrique.

  Il a souligné que cette adaptation des vaccins retarderait certainement la fourniture de doses vitales pour le continent africain, dont les économies avaient été durement touchées par la crise sanitaire mondiale.

  M. Adhere a par ailleurs estimé que l'engagement des économies développées à soutenir un accès équitable aux vaccins contre le COVID-19 pour les pays en développement dans le cadre de l'alliance mondiale COVAX ne semblait pas très prometteur pour l'Afrique, et qu'au-delà des efforts multilatéraux destinés à protéger le continent de la pandémie, les pays africains individuels devaient maintenant penser à des marchés d'origine alternatifs pour les vaccins, autres que les pays occidentaux.

Appendix:

Copyright © 2004 Secrétariat du Comité de suivi chinois du Forum sur la Coopération sino-africaine
Adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie, Arrondissement Chao Yang, Beijing Code postal: 100701 Téléphone:86-10-65962810,86-10-65962827