中文 English default  
Page d'accueil Relations sino-africaines Echanges et dialogues Entrée en Afrique Échanges académiques
  Archives du Forum
  Sur le Forum
  1ère Conférence ministérielle
  2e Conférence ministérielle
  Sommet de Beijing et 3e Conférence ministérielle
  4e Conférence ministérielle
  Expositions de photos des Conférences
  Connaissances sur la Chine
  Clin d'oeuil sur la Chine
  Développement de la Chine
  Panorama sur la Chine
Clink
  Liens des sites
Membres du Comité de suivi chinois du FCSA
Ambassades et Consulats de Chine en Afrique
Principales institutions de recherches en Chine
Principaux medias d'information en Chine
Quelques sites web africains
[plus>>] 
  Page d'accueil > Entrée en Afrique
Mali : "encore des difficultés" pour le retour à l'ordre constitutionnel, selon le président intérimaire
2012/05/17

ABIDJAN, 16 mai (Xinhua) -- Le président intérimaire du Mali, Dioncoundia Traoré, a affirmé mercredi à Abidjan qu'il restait "encore des difficultés" pour le retour à l'ordre constitutionnel dans son pays malgré les pressions de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) suite au coup d'Etat du 22 mars.

"Il reste encore quelques difficultés et nous sommes venus dire au président Ouattara de nous aider", a déclaré à la presse le président intérimaire du Mali à l'issue d'une audience avec le président ivoirien Alassane Ouattara, par ailleurs président en exercice de la CEDEAO.

Le président intérimaire du Mali est arrivé à Abidjan peu avant 17h00 (locale et GMT) et devrait retourner dan son pays après sa rencontre avec le président ivoirien.

M. Traoré a souligné les efforts d'Alassane Ouattara et de la CEDEAO qui ont permis d'investir un président intérimaire conformément à la Constitution malienne, de nommer un Premier ministre et de mettre en place en place un gouvernement de transition.

"Le rôle qu'il (M. Ouattara) a joué a permis de faire quelques pas en avant mais il reste encore des difficultés et c'est pourquoi j'ai pris la liberté de venir le voir", a-t-il poursuivi.

A l'issue d'un accord signé avec le médiateur de la CEDEAO, la junte a accepté de remettre le pouvoir aux civils mais reste cramponné au pouvoir, refusant la transition politique de 12 mois décidée par la CEDEAO après l'intérim de 40 jours du président Traoré qui s'achève le 22 mai.

Les négociations achoppent sur le nom du chef de la transition.

Le chef de la junte militaire, le capitaine Sanogo demande la tenue d'une "convention nationale" pour le choix du président de la transition.

 

Suggest to a friend
  Print