中文 English default  
Page d'accueil Relations sino-africaines Echanges et dialogues Entrée en Afrique Échanges académiques
  Archives du Forum
  Sur le Forum
  1ère Conférence ministérielle
  2e Conférence ministérielle
  Sommet de Beijing et 3e Conférence ministérielle
  4e Conférence ministérielle
  Expositions de photos des Conférences
  Connaissances sur la Chine
  Clin d'oeuil sur la Chine
  Développement de la Chine
  Panorama sur la Chine
Clink
  Liens des sites
Membres du Comité de suivi chinois du FCSA
Ambassades et Consulats de Chine en Afrique
Principales institutions de recherches en Chine
Principaux medias d'information en Chine
Quelques sites web africains
[plus>>] 
  Page d'accueil > Dossiers spéciaux > Visite d'Etat de Hu Jintao dans 8 pays africains
Coopération fructueuse entre la Chine et le Cameroun
2007/02/01

 

YAOUNDE, 30 janvier (XINHUA) -- Sur l'invitation de son homologue  camerounais Paul Biya, le président chinois Hu Jintao effectue  mercredi une visite d'Etat au Cameroun, première étape de sa  tournée dans huit pays africains.  

     Cette visite est considérée comme une importante opportunité  pouvant donner une nouvelle dynamique à la coopération sino- camerounaise qui ont porté ses fruits au cours des 31 années  passées, depuis l'établissement de leurs relations diplomatiques  en 1971 entre les deux pays. 

     La coopération sino-camerounaise couvre divers domaines,  notamment dans l'économie, le commerce, l'infrastructure,  l'agriculture, l'éducation et la culture. En 2005, le volume des  échanges commerciaux entre les deux parties a atteint 210 millions de dollars, dont 68 millions pour les exportations du Cameroun  vers la Chine et 142 millions de dollars pour les importantsions,  selon les chiffres du autorités des statistiques du Cameroun. 

     Les produits camerounais exportés vers la Chine sont  essentiellement du coton et du bois, alors les importations en  provenance de Chine sont notamment constitués de chaussures,  d'équipements électriques, de tracteurs et de marchines. 

     Au Cameroun, plusieurs projets ont été réalisés dans le cadre  de l'aide au développement menée par le gouvenement chinois, parmi lesquels on note le Palais des congrès et l'Hôpital gynéco- obstrique opédiatrique de Yaoundé, devenus les symboles de  l'amitié sino-camerounaise. Les travaux du Palais des sports à  Yaoundé, appelé souvent "Stade chinois" et qui bénéficie d'une  garnde attention des Camerounais, passionnés de sports, vont bon  train. 

     La présence de sociétés chinoises au Cameroun favorise  également le développement économique du pays. Parmi les projets  qu'elles ont réalisées on doit noter les quatre tronçons routiers  d'environ 13 km à Douala, capitale économique camournaise,  construits par la China Road and Bridge Corporation (CRBC). Les  travaux, dont la CRBC avait obtenu l'adjudication en 2004, ont été achevés en septembre dernier. 

     Les travaux, achevés avec un mois d'avance sur les déalis  impartis, ont été hautement appriéciés par les autorités  municipales de Douala et la Banque mondiale pour sa qualité et son coût. Ils ont coûté à peine moins de 9 milliards de FCFA (17,8  millions de dollars) au Cameraoun et à la Banque mondiale, alors  que d'autres soumissionnaires de l'appel d'offre demandaient  jusqu'à 15 milliards de FCFA (29,7 milliona de dollars). 

     Au cours des 31 années passées, la Chine n'a cessé d'envoyer  des équipes mécidales au Cameroun. Actuellement, des médecins  chinois travaillent dans l'Hôpital gynéco-obstrique opédiatrique  de Yaoundé et les hôpitaux de M'Balmayo (province du Centre) et de Guider (province du Nord extrême). 

     Comme dans d'autres pays africains, l'assistance agricole  constitue une partie importante des contributions portées au  Cameroun par la Chine. En janvier 2006, une société chinoise  spécialisée dans l'agriculture et le gouvernement cameroun ont  signé un accord qui prévoit un investissement de 60,5 millions de  dollars pour des projets de riziculutre, transformation du manioc  et élevage d'autruches à Nanga, dans la province du Centre et à  Founbang, dans la province de l'Ouest. Actuellement, le projet  rizier de 150 hectares, à réaliser avec le fonds et la technique  de la partie chinoise, a déjà démarré. 

     La coopération sino-camerounaise ne se limite pas dans le  secteur économique. Le Centre linguistique du chinois, né en 1997  et géré conjointement par l'Institut de recherche internationale  du Cameroun (IRIC) et l'Université chinoise de Zhejiang, est un  exemple.  

     Le Centre déjà a formé environ 300 personnes des secteurs  diplomatique, économique et commercial, et attire également des  étudiants d'autres pays d'Afrique du centre. Depuis 2004, un  concours du chinois est organisé chaque année à ce Centre. Les  lauréats ont droit à un voyage en Chine pour participer à la  finale. En septembre 2005, les efforts conjoint des ministères  chinois et camerounais de l'Education ont permis la naissance du  Ballet national camerounais, dont les membres comprennent deux  professeurs de danse chinois. En 2006, ce groupe a offert un  spectacle aux ministres africains des Finances réunis en  conférence à Yaoundé.  

 

 

Suggest to a friend
  Print